Print Friendly, PDF & Email

Les Crétois
un peuple de montagnards
au royaume des canyons

09/08/2022
Laurent Lefèvre

Avec plus de 400 gorges, la Crète est le royaume des canyons. L'île compte 57 sommets de plus de 2 000 m et de nombreuses voies d'escalade. Montagnards, les Crétois restent très attachés à leur histoire et à leurs valeurs : famille, entraide, fierté et il ne faut pas toucher à leur honneur !

Royaume des canyons, la Crète compte plus de 400 gorges. Parsemées de lauriers-roses en fleurs en juin, les gorges d’Aradena se découvrent depuis Loutró. Asséchées à partir d’avril, les gorges d’Agia Irini partent de Sougia et traversent la partie occidentale des montagnes Blanches (parcours en aller-retour de 5,6 km). Elles mènent à la ville de Lissos (située à l’emplacement de l’actuel Ai-Kyrkos), célèbre depuis l’Antiquité pour ses sources thermales.

Le trek pour remonter le temps

Imprégné par la majesté de ce site, le randonneur se prend pour un archéologue et remonte le temps jusqu’aux civilisations minoenne (3100-1100 av. J.-C.), hellénistique (temple dorique d’Asklipios du IIIe siècle av. J.-C. situé sur la terrasse sud-ouest du sanctuaire : jusqu’à la fin de l’Antiquité, Lissos a été un centre de culte renommé à l’époque hellénistique), romaine (nécropole du 1er siècle avec cinquante tombes voûtées) et byzantine (églises de la Vierge Marie et d’Agios Kirikos du 14e siècle) qui ont vécu en ces lieux.

Désertés par les touristes ce samedi 19 juin 2021, le site et ses différents monuments ouverts au public se découvrent avec solennité. On les quitte avec regret en jetant un dernier regard plongeant sur la sublime baie de Lissos, qui a vu tant de vies et de croyances y prospérer.
Parc national de Samaria (Gorges de Samaria), vue des gorges (Crète, Grèce/Crete, Greece).
Les gorges de Samaria : un canyon multicolore (Crète, Grèce).

Dans les gorges de Samaria

Situées dans le parc des montagnes Blanches qu’elles traversent, les célèbres gorges de Samaria (Farangas) sont les plus importantes d’Europe, après celles du Verdon. Leur largeur passe de 150 à 3 m, au niveau du passage le plus étroit appelé « les portes » (pórtes). Ses falaises, où parviennent à s’accrocher les plus intrépides figuiers et cyprès, culminent à 600 m. Comme il a beaucoup neigé cet hiver, l’eau est abondante ce 18 juin.

La remontée de la gorge – du village d’Agia Roumeli situé au niveau de la mer jusqu’au plateau d’Omalos (1 250 m) – permet d’éviter la majorité des randonneurs qui la traversent en sens inverse.

Façonnée par le temps depuis des milliers d’années, cette fusion d’eau, de minéral et de végétation (plus de 300 espèces de plantes, dont 70 endémiques et 30 menacées d’extinction) est aussi un haut lieu de l’histoire. Opposés aux occupations vénitienne, ottomane et nazie (de 1941 à 1944), les résistants crétois y ont trouvé refuge au fil des siècles.

Porteurs de mémoires

Originaires des montagnes Blanches, les chants traditionnels monophoniques en dialecte crétois, rizitika (du grec riza, qui signifie racine), perpétuent leur mémoire. Fréquemment, de petits groupes d’hommes se réunissent pour chanter ces chants en chœur, comme ce fut le cas dans la soirée du samedi 19 juin à l’auberge Exari, située sur le plateau d’Omalos.

Très présentes également dans la culture locale, les danses folkloriques – plus d’une trentaine, encore pratiquées aujourd’hui, notamment lors des mariages – célèbrent l’héroïsme, le courage et le caractère rebelle des Crétois. Danse ? “Did you say dance?”

Esprits de montagnards

L’île compte 57 sommets de plus de 2 000 m et de nombreuses voies d’escalade, dont la gorge des Saints (Agio Farago, sud de l’île), les gorges de Therisso (région de La Canée) et le Kofinas (1 231 m), point culminant des monts d’Asterousia, le plus méridional d’Europe.

« Les Crétois restent très attachés à leur histoire et à leurs valeurs : famille, entraide, fierté et il ne faut pas toucher à leur honneur ! Ce sont des montagnards, y compris dans leur mentalité, souligne Efi Petinaki, guide à La Balaguère. Très chaleureux, ils sont connus en Grèce pour leur hospitalité et leur tempérament de tête brûlée. Mieux vaut ne pas les brusquer : siga, siga (doucement, doucement) ! » Un état d’esprit rebelle forgé par une histoire tumultueuse que résume bien la maxime de Níkos Kazantzákis :

Je n'espère rien, je ne crains rien, je suis libre..

Print Friendly, PDF & Email

How useful was this post?

Click on a star to rate it!

Average rating 5 / 5. Vote count: 2

No votes so far! Be the first to rate this post.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Partager sur Facebook
Partager sur twitter
envoyer par mail
LinkedIn
Telegram
WhatsApp