Print Friendly, PDF & Email

Le Groenland,
une terre promise écoresponsable ?

23/09/2022
Laurent Lefèvre

Occupée à 80 % par un inlandsis, l'Île blanche de l'Arctique reste à explorer. Avec la fonte de sa calotte glaciaire, son sous-sol riche en minerais devient plus accessible et suscite des convoitises. Quelles ressources exploiter et à quel prix environnemental ? Les 56 661 habitants de cet immense territoire (près de quatre fois la France) devront trancher.

La fonte de la calotte glaciaire du Groenland permet d’accéder plus facilement à son sous-sol riche en fer, plomb, cuivre, cobalt, zinc, nickel, or, platine et en terres rares (entre 12 et 25 % des réserves de la planète), dont la production mondiale provient à 90 % de Chine.

De nombreuses licences d’exploration ont été accordées à des entreprises étrangères par le gouvernement groenlandais. Actuellement, seules deux mines sont exploitées : l’une de rubis, à Aappaluttoq et l’autre d’anorthosite, à Kangerlussuaq (côte ouest).

Greenland-Groenland-mine-Kvanefjeld-Kuannersuit-Narsaq-
Copie d’écran de la vidéo Are Rare Earths Greenland's Chance For Independence?

Concilier environnement et intérêts économiques

Sensibles notamment aux conséquences écologiques qui pourraient nuire au secteur de la pêche (93 % des exportations en 2019), les habitants du Groenland ont voté majoritairement lors des dernières élections d’avril 2021 pour le parti Inuit Ataqatigiit. Cette formation de gauche écologique avait fait campagne pour l’arrêt de l’exploration de l’uranium et de son exploitation, notamment sur le site de Kvanefjeld (Kuannersuit). Situé près de Narsaq (sud du Groenland), ce gisement (6e plus grand au monde pour l’uranium) est également riche en zinc et en terres rares (2e plus grand au monde).

En novembre 2021, une loi a interdit l’exploration des gisements dont la concentration en uranium est supérieure à 100 ppm (parties par millions), ce qui met fin de fait à l’exploitation du site de Kvanefjeld. En juin 2021, le gouvernement, qui, selon ses termes, « prend la crise climatique au sérieux », avait suspendu toute exploration du pétrole et du gaz.

Thule District
Sable noir, une ressource en demande croissante (district de Thulé, nord du Groenland).

Des ressources écoresponsables disponibles

Avec une évaluation minutieuse de son impact environnemental et l’accord de la population locale, l’exploitation du sable pourrait concilier performances économiques et environnementales, estime une étude américano-danoise. Publiée dans Nature en février 2019, elle dresse l’inventaire de ce minerai présent en abondance sur l’île.

Autre ressource rendue accessible par le retrait de la calotte glaciaire : la farine de roche. Issue de roches broyées par la fonte des glaces, cette farine de roche glaciaire pourrait devenir l’engrais écologique du XXIe siècle. « C’est une sorte de matériau miracle », déclare Minik Rosing. Originaire du Groenland, ce professeur de l’université de Copenhague a établi que cette boue riche en nutriments augmente le rendement des terres cultivées tout en absorbant le dioxyde de carbone de l’air.

Quelles ressources exploiter et à quel prix environnemental ? Les 56 661 habitants de cet immense territoire – qui ne sont pas responsables du réchauffement climatique actuel – devront trancher. Vivant depuis des millénaires en harmonie avec leur écosystème arctique, les résidents du Groenland se disent majoritairement* prêts à protéger l’environnement même si cela coûte des emplois.

* Quatre résidents sur dix (40 %) préféreraient protéger l’environnement même si cela coûte des emplois, contre un sur quatre (26 %) qui privilégierait la croissance économique même si elle entraînait des problèmes environnementaux.

Print Friendly, PDF & Email

How useful was this post?

Click on a star to rate it!

Average rating 5 / 5. Vote count: 5

No votes so far! Be the first to rate this post.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Partager sur Facebook
Partager sur twitter
envoyer par mail
LinkedIn
Telegram
WhatsApp